deenfr

27.06.2019

Six Senses Bhoutan

Que reste-t-il après un voyage dans ce royaume enchanté de l’Himalaya ? C’est ce sourire des gens qui est apparemment contagieux. On l’emporte à la maison avec soi. Tout comme cette sérénité détendue, cette expression de contentement. Ce qui reste du Bhoutan, c’est le sentiment de bonheur. Je n’ai jamais rien apporté de mieux d’un voyage. Tout a commencé par un vol à vue vers Paro à environ 2400 mètres d’altitude : à gauche devant la fenêtre, plusieurs kilomètres de montagnes et de vallées, pareil à droite. Comme si l’on vole dans Fantasyland et que l’on tourne toujours autour de nouvelles chaînes de montagnes dans le vol à basse altitude. Combien de fois ai-je pensé : c’est bien que le pilote connaisse le chemin et le fasse tout le temps!

J’ai vécu le Bhoutan comme un pays d’une beauté envoûtante, dès le premier instant, d’une certaine manière gracieuse, originale, tout sauf envahissante. Et c’est étincelant de propreté, presque sans plastique. Déjà, les douaniers à l’entrée portent des costumes traditionnels au lieu d’uniformes. Il y avait un feu de circulation dans la ville de Thimphu, mais il a causé trop de stress. Maintenant, tout le Bhoutan n’en a plus du tout.

Et enfin, il est possible de voyager au plus haut niveau dans ce merveilleux pays, qui a le bonheur pour chaque citoyen comme un objectif de l’Etat dans la constitution : Six Senses vient d’y ouvrir trois lodges, qui peuvent être parfaitement combinés pour former un voyage aller-retour très contrasté. Deux autres suivront. Chacune est de haute qualité et pourtant délibérément simple et réduite.

Les principaux rôles sont joués par des temples, des drapeaux de prière, des monastères cachés, des ponts suspendus aventureux, ces montagnes et forêts. Je me suis longtemps demandé lequel des trois est ma loge préférée. La réponse est : n’importe laquelle. Je n’arrive pas à me décider. Parce que tout est toujours différent. C’est pourquoi je voudrais toujours faire un aller-retour et les vivre tous les trois. Est-ce que j’aimerais y retourner ? Oui, absolument. Et avec plaisir déjà bientôt !

Photo: © Berglez.reisen